Notes :

Sandra Grant Marchand
Diplômée en Histoire de l'art de l'Université de Montréal, Sandra Grant Marchand est conservatrice au Musée d'art contemporain de Montréal depuis 1978. Elle a conçu et réalisé plusieurs expositions d'envergure, dont British Now : sculpture et autres dessins, en 1988; La Collection : tableau inaugural (co-commissaires Paulette Gagnon, Josée Bélisle, Manon Blanchette, Pierre Landry), en 1992; Alfred Pellan, une rétrospective (en collaboration avec le Musée national des beaux-arts du Québec), en 1993; Molinari, une rétrospective, en 1995; Culbutes, Œuvre d'impertinence (co-commissaire Paulette Gagnon), en 1999, Métamorphoses et clonage, en 2001, et Yves Gaucher, en 2003. Elle a également été commissaire, entre autres, des expositions Déclaration, de Jana Sterbak, en 1994; Osmose, de Char Davis, en 1995; Kim Adams, en 1996; Trevor Gould : Poser pour le public, en 1998; Eleanor Bond, en 1998; Eulàlia Valldosera, en 1999; André Martin. Mes modèles-autoportrait, en 2000; BGL. À l'abri des arbres, en 2001; Nadine Norman, Je suis disponible. Et vous?, en 2002, et Henri Venne, (D') après nature, en 2004.
Dr. Roald Nasgaard
Roald Nasgaard is a professor of art history and, for the past decade, chair of the art department at Florida State University. His long and distinguished museum career includes fifteen years as chief curator at the Art Gallery of Ontario, during which he oversaw many projects, among them the seminal 1984 exhibition and book The Mystic North. His book Abstract Painting in Canada was called "beguiling," "engaging" and "brilliant" by the Globe and Mail. He lives in Tallahassee and Toronto.
Marie-Eve Beaupré
Marie-Eve Beaupré termine une maîtrise en histoire de l'art sur les pratiques actuelles de la monochromie et travaille à la Galerie de l'UQÀM comme assistante de recherche. Elle a publié des articles pour les revues Parachute et Spirale et a écrit des opuscules pour divers artistes dont BGL, Stéphane Gilot, Diana Thorneycroft, Guillaume Lachapelle et Henri Venne. À titre de commissaire, elle présenta en 2007 Libre < échange. Extraits de la collection, une exposition organisée à la Galerie de l'UQÀM.





(#)
  1. _ Cet essai se fonde sur des conversations avec Molinari dans son atelier de Montréal le 11 novembre, au Musée d'art contemporain de Montréal le 29 décembre, et à nouveau dans l'atelier, le 30 décembre 1994. Je dois également beaucoup aux études importantes sur Molinari par Pierre Théberge, Robert Welsh, David Burnett et James Campbell.
  2. _ Guido Molinari, «La notion d'artiste» (1975), in Pierre Théberge, Guido Molinari : Écrits sur l'art (1954-1975), collection « Documents d'histoire de l'art canadien » #2,Ottawa, Musée des beaux-arts du Canada, 1976, p. 105. (Ci-après : Écrits.)
  3. _ À côté des «bichromes» de Claude Tousignant, Bernard Teyssèdre, Guido Molinari : un point limite de l'abstraction chromatique, Paris, Centre culturel canadien, 1974, p. 8.
  4. _ Trad. ego. Robert Morris, «Notes on Sculpture», in Minimal Art : a Critical Anthology, ss la dir. de Gregory Battcock, New-York, Dutton, 1968, p. 232.
  5. _ Guido Molinari, «Sans titre» (1954), in Écrits, p. 14.
  6. _ Voir Pierre Théberge, Écrits, p. 26-27.
  7. _ Trad. ego. «Letter from Naum Gabo to Herbert Read» (1942), in The Tradition of Constructivisme, ss la dir. de Stephen Bann, New-York, Viking, 1974, p. 218.
  8. _ Sauf indication contraire, les citations de Molinari proviennent de mes entretiens avec lui. Voir note 1.
  9. _ Voir notamment Teyssèdre, p. 5.
  10. _ Teyssèdre, p. 5.
  11. _ James Johnson Sweeney, «Mondrian, the Dutch and De Stijl», Art News L (summer 1951), p. 24-25, 62,64. Pour une analyse détaillée de cet article et de sa portée pour Molinari, voir Robert Welsh, «Molinari and the Science of Colour and Line», RACAR, V/1, 1978, p. 5-6.
  12. _ Trad. ego. Welsh, p. 6.
  13. _ Écrits, p. 15-17.
  14. _ Teyssèdre, p. 6.
  15. _ Welsh, p. 3-4.
  16. _ Écrits, p. 17.
  17. _ «Réflections sur l'automatisme et le plasticisme» (1961), Écrits, p. 39.
  18. _ Dans son ouvrage intitulé The Triumph of American Painting : A History of Abstract Expressionism (New York, Praeger, 1970), Irving Sandler passe en revue les attitudes respectives des membres de l'école de New York par rapport à Mondrian.
  19. _ Fernande Saint-Martin, La littérature et le non-verbal. Montréal, Éditions d'Orphée, 1958.
  20. _ Saint-Martin, p. 13.
  21. _ Voir Saint-Martin, p. 34-35.
  22. _ Saint-Martin, p. 85.
  23. _ Saint-Martin, p. 41.
  24. _ Saint-Martin, p. 86.
  25. _ Guido Molinari, «Sans titre (1964)», in Écrits, p. 41.
  26. _ Guido Molinari, « Le langage de l'Art Abstrait » (1959), in Écrits, p. 19.
  27. _ Saint-Martin, p. 41.
  28. _ Molinari a lu Piaget pour la premiére fois en 1958. Cet intérêt était partagé par Saint-Martin, qui a publié ses réflexions sur Piaget en rapport avec l'art, dans Structures de l'espace pictural, Montréal, HMH, 1968.
  29. _ Voir Guido Molinari, «Quantificateur Chromatique», in 10 Canadian Artists in the 1970s. Toronto, Art Gallery of Ontario, 1980, p. 71-72.
  30. _ Pour une discussion de cet aspect, voir James Campbell, «The Genetic Moment», dans son ouvrage intitulé Molinari Studies, New York, 49ième Parallèle, Centre d'art contemporain canadien, 1987, p. 11-18.
  31. _ Trad. ego. Piet Mondrian, «Plastic Art and Pure Plastic Art», in Modern Artists on Art : Ten Unabridged Essays, ss la dir. de Robert L. Herbert, Englewood Cliffs, New Jersey, 1964, p. 119. C'est Mondrian qui souligne.
  32. _ Cette synthèse des préceptes de Molinari trouve ses sources dans la publication de Fernande Saint-Martin, Structures de l'espace pictural, Montréal, Édition HMH, 1968, 172 p. Il est à noter que le rôle de cette théoricienne est fondamental dans la démarche des néoplasticiens québécois puisqu'elle fut la première auteure à proposer des assises théoriques aux nouvelles conceptions de l'espace pictural en vigueur.